3e7617134c026095043f3a03de0bddfd

petit essai de traduction pour les non-anglophones :

"Profite (réjouis-toi) de ce qui se passe - parce que c'est en train de se passer" 

référence de la photo sur notre Pinterest

 

Un immense MERCI pour tous vos commentaires sur le post précédent, si vous saviez comme ça fait du BIEN de vous savoir là ! Vous ne trouvez pas qu'en ce moment la blogosphère manque un peu de chaleur ? Je me fais la rélexion depuis plusieurs mois, en voyant la proportion de commentaires par rapport au nombre de visites (vraiment beaucoup de sous-marins), et c'est partout pareil, chez tout le monde... je vois des posts, des blogs magnifiques, et presque pas de commentaires...Que se passe-t-il ?

Je me mets dans le lot avec vous hein ! Petite prise de conscience bloguesque: nous ne sommes pas assez soudées pour lutter contre la morosité ambiante. On passe souvent dans l'univers des autres comme on passe dans les rayons d'un grand magasin anonyme (beurk)... moi la première! alors que de l'autre côté, il y a, comme chez nous, des manques de confiance, des ras le bol, des besoins de douceur. Et si on analyse un "like" de Facebook... peut-il vraiment remplacer quelques mots d'encouragement ? 

Je me disais aussi que la grande distribution a ceci de pervers qu'elle nous fait croire, à grand coup de pubs, que H&M est aussi "humain" que la petite créatrice qui se bat pour gagner sa vie, et qu'a contrario, on peut monter au créneau contre les dites petites créatrices comme on le ferait contre le mastodonte H&M, avec la même virulence de David contre Goliath, puisque toute insitution qui vend quelque chose est forcément absente de tout état d'âme. Saurons-nous toujours garder à l'esprit que quelqu'un qui travaille "avec ses tripes" (excusez-moi l'expression, mais c'est la plus adéquate concernant la "création") est quelqu'un qui mérite le respect? Même si on n'aime pas ce qu'il fait. Et que les grandes marques ont des avocats pour les procès, des salariés spécialisés dans la com', payés pour répondre posément aux insultes, mais que le petit créateur ou l'artiste qui travaille seul dans son atelier, lui, se prend tout en pleine figure, personnellement, et doit gérer seul les crises, au moment même où il doute peut-être de son talent, et aurait besoin, à défaut d'une épaule amie, d'un peu de solitude.

Pourquoi est-ce que je vous dis tout cela maintenant ? Parce que j'ai vu ici ou là des choses qui m'ont fait de la peine pour celles qui les vivaient, et que, plus généralement, je sens ça autour de moi... ce besoin d'amour, radicalement. Quand les temps sont difficiles, on a tous le réflexe de se replier sur soi, alors qu'il faudrait au contraire se serrer les coudes, s'ouvrir aux autres, partager. C'est toujours un challenge, même pour la religieuse que je suis ! Mais ça vaut le coup.

ça vous dit d'essayer de faire mieux avec moi ? ; )

 

edit : je vous ai répondu dans les coms... ou quand vous  avez laissé un lien vers votre blog, je suis plutôt allée vous faire une petite visite ! Merci vraiment les filles, vous êtes extras !